PÉDAGOGIe

Formation en présentiel et en situation de travail dans le cadre d’un contrat d’alternance ou d’une convention de stage. Méthodes pédagogiques innovantes et actives qui ont pour vocation à rendre l’alternant acteur de sa formation : apports théoriques, enseignements pratiques (démonstration, observation et manipulation des alternants) et échanges sur la base de situations réelles vécues en entreprise. Nos sites de formation bénéficient tous de plateaux techniques dédiés à la pratique professionnelle et équipés spécifiquement pour chaque métier.

MODALITÉS D’éVALUATION

Plusieurs évaluations sont réalisées tout au long de la formation afin que l’apprenant puisse évaluer sa progression. Les situations d’évaluation peuvent être de plusieurs types : QCM, étude de cas, présentation orale et/ou évaluation écrite ou orale, mise en situation reconstituée ou en milieu professionnel. Ces évaluations peuvent être individuelles ou collectives. A la fin de la formation, les apprenants se présentent à l’examen national du diplôme ou titre concerné.

DÉLAIS ACCÈS

Rentrée à partir de fin août jusqu’à mi-octobre (sous réserve de place disponible).Sous conditions, entrée possible après cette période. Le début en formation ne peut être réalisé que lorsque le contrat et/ou la convention de formation sont signés

Les mesures pédagogiques mises en place :

Ainsi que :

  • Une relation suivie entre CAMPUS et entreprises,
  • Sept salles informatiques dédiées aux TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation) et/ou bureautique,
  • Introduction de solutions digitales dans les formations

Principes, convictions et théories

     Il est certes indispensable de définir des objectifs, ainsi que les actions et les moyens qui permettront de les atteindre ou de les approcher. Il n’est pas de projet sans projection. Il est donc nécessaire, après avoir effectué l’état des lieux, de savoir clairement où on veut aller, comment on veut y aller et en combien de temps.

Mais il faut savoir également pourquoi – et pour quoi ? – on veut y aller ! Et la réponse à cette question n’est pas seulement à rechercher dans « l’instinct de survie » d’un système, dans sa propension à chercher à se reproduire, à se pérenniser, quitte pour cela à s’adapter. Les CFA n’échappent pas à cette logique. Ils sont en recherche constante de maintien de leurs effectifs et doivent pour cela chercher à anticiper les mutations. La réponse à cette question n’est pas seulement d’ordre économique ; elle est aussi en rapport avec l’idée que l’on se fait de l’humain, de la justice sociale, du rôle de la formation. Elle est donc aussi éthique. Elle pose aussi le problème de la conciliation entre la gestion et la pédagogie, entre le souhaitable, l’idéal et le réalisable, le réaliste ; en cela, cette réponse est un compromis. Enfin, elle est un choix entre diverses théories pédagogiques, du moins à partir du moment où l’on est convaincu que l’action gagne à s’appuyer sur des théories, qui vont l’étayer et permettre de mieux baliser la route.

Les principes, convictions et théories sur lesquels nous nous appuyons ne sont pas nouveaux. Ils sont le résultat de plusieurs années d’expérimentations pédagogiques, partagés par la majorité des formateurs et déjà exprimés dans le projet de CFA depuis 2001. Le projet actuel s’inscrit donc dans la continuité de l’ancien, avec une adhésion commune aux mêmes valeurs, qu’il est utile de rappeler. 

1.

Il faut laisser le minimum de jeunes sur le bord de la route et la prise en compte des publics en difficulté est une priorité. C’est une obligation à la fois éthique, économique et réaliste.

2.

Nous adoptons le postulat de l’éducabilité défini par Meirieu et déjà énoncé dans le précédent projet de CFA.

3.

Nous sommes convaincus que l’entrée en apprentissage crée les conditions d’un redémarrage à côté duquel il ne faut pas passer.

4.

En effet, la transmission des savoirs ne saurait être le mode privilégié d’enseignement.

5.

Comme Vigotsky l’a démontré, si l’enfant construit ses connaissances, il a besoin pour cela de la présence de l’adulte.

6.

La primauté doit être donnée à l’individu.

7.

Il faut arrêter de penser que l’alternance n’est rien d’autre que l’alternative à proposer à tous ceux qui sont en difficulté au collège. Il faut au contraire affirmer haut et fort que l’alternance est une voie de la réussite.

8.

L’entreprise est formatrice.